laxatif-large

Les laxatifs

Les laxatifs sont utilisés pour traiter la constipation, qui se définit par la diminution de la fréquence des selles au-dessous de 3 par semaine. Il existe plusieurs classes de laxatifs qui différent par leur mode d’action.

Qu’est ce qu’un laxatif ?

Un laxatif est un médicament qui accélère ou provoque l’évacuation des selles.

Il existe plusieurs classes de laxatifs qui diffèrent par leur mode d’action. Certains peuvent être utilisés de manière régulière en complément des règles hygiéno-diététiques, d’autres sont à réserver à une prise ponctuelle. Faisons le point ensemble…

Les différents types de laxatifs

Les laxatifs de lest

laxatif-de-lest

Ils comprennent les mucilages par exemples : le son de blé, les carragénates, la gomme de guar, la gomme de Sterculia (Normacol® par exemple), l’ispaghul ou graine de psyllium (Spagulax® par exemple), …

Ce sont des substances naturelles à l’action mécanique. Ils augmentent de volume en présence d’eau, modifiant ainsi le volume et la consistance des selles et facilitant leur sécrétion.

Bien tolérés, ils atteignent leur efficacité maximale après plusieurs jours de traitement.

Ils peuvent toutefois être à l’origine de ballonnements et de gaz.

Il est indispensable de boire beaucoup d’eau pour une bonne efficacité !

Les laxatifs osmotiques

laxatif-osmotiquet

Ils comprennent par exemples :

  • Les polyéthylène glycol ou PEG ou Macrogol (Forlax® ou Transipeg® par exemples) et en association (Movicol® par exemple),
  • Les sucres et polyols comme le lactulose (Duphalac® par exemple) et en association (Transulose®, Melaxose® par exemples), le lactitol (Importal® par exemple), le mannitol et le sorbitol
  • Les salins

Ces médicaments aident à ramollir les selles en attirant l’eau dans l’intestin, ce qui a pour effet de rendre l’évacuation plus aisée.

Ils agissent en 1 à 2 jours.

Ils sont parfois responsables de ballonnements et de douleurs abdominales en début de traitement.

Ils sont également utilisés en préparation avant une coloscopie.

Les laxatifs lubrifiants

laxatif-lubrifiant

Il s’agit principalement de l’huile de paraffine ou de l’huile de vaseline qui est une huile inerte, non calorique et non digérée par l’organisme.Retrouvée intacte au niveau de l’intestin, elle agit en lubrifiant et en ramollissant les selles.

Son action se manifeste en 6 à 72 heures.

L’huile de paraffine peur provoquer des suintements ou des irritations au niveau anal.

Les laxatifs stimulants

laxatif-stimulant

Ils comprennent par exemples :

  • L’huile de ricin
  • Le bisacodyl (Dulcolax® ou Contalax® par exemples)
  • Le séné (Pursennide® par exemple)
  • Le picosulfate de sodium

Ils agissent en 6 heures environ, en augmentant la sécrétion de l’eau et la motricité de l’intestin.

Ces médicaments réservés à des constipations occasionnelles doivent être pris de manière très ponctuelle car ils peuvent irriter l’intestin et ont des effets indésirables non négligeables (en particulier risque de diminution du taux de potassium dans le sang).

de plus, ils peuvent être incompatibles avec d’autres traitements habituels comme les diurétiques ou des médicaments pour le cœur.

Les laxatifs par voie rectale

Ils comprennent par exemples :

  • La glycérine (en suppositoires)
  • Les suppositoires à dégagement gazeux (Eductyl® par exemple)
  • Le sodium lauryl sulfoacétate (Microlax® par exemple)

Présentés sous forme de suppositoires ou de lavements, ils déclenchent le réflexe de défécation.

Ils peuvent être utiles en ces de constipation terminale, lorsque l’émission des selles est difficile.

Leur délai d’action est très rapide, de 5 à 60 minutes seulement.

Ils ne doivent pas être utilisés de manière prolongée ou en cas d’hémorragies ou de fissure anale.

Publicité - Les espaces publicitaires permettent de financer le site

Nos ABCD conseils

  • Quel que soit le type de laxatifs utilisé, il faut absolument respecter la posologie et la durée de traitement recommandées.
  • Le traitement ne doit jamais être prolongé sans un avis médical : la prise régulière et au long cours de certains laxatifs peut en effet provoquer une accoutumance de l’intestin et entraîner une “maladie des laxatifs” qui peut avoir de graves conséquences !
  • Ceci concerne également les médicaments à base de plantes qui peuvent être considérés à tort comme inoffensifs.
Publicité - Les espaces publicitaires permettent de financer le site
Publicité - Les espaces publicitaires permettent de financer le site
ABCD Santé vous a préparé des cookies ! Ils ne se mangent pas mais améliorent votre navigation ! En poursuivant votre visite, vous acceptez leur utilisation.