premier-secours

Premiers secours

Sur le lieu de l’accident, la première chose à faire avant de se diriger vers la victime est d’inspecter les lieux afin de relever les sources potentielles de danger comme :

  • Des fils électriques
  • Des échappements de gaz
  • Des morceaux de vitre
  • Un début d’incendie
  • Des produits chimiques
  • La circulation de voitures

S’il n’y a aucune source de danger ou si le danger peut être écarté sans risques pour vous ou pour la victime, vous pouvez passer à l’étape suivante à savoir, vérifier l’état de conscience de la victime. Si les dangers ne peuvent pas être écartés, il est impératif d’appeler immédiatement les secours et de ne pas s’approcher de la victime.

Vérifier l’état de conscience de la victime

premiers-secours-victime

Victime consciente :

Une victime consciente est en mesure de répondre aux questions qu’on lui pose. Elle n’a pas tendance à s’assoupir et peut suivre votre regard. Elle est lucide et elle peut dialoguer.

Victime semi-consciente :

Une victime semi-consciente n’est pas en mesure de répondre clairement ou correctement aux questions posées. Elle ne semble pas totalement éveillée et lucide. Elle donne l’impression qu’elle peut s’évanouir d’un moment à l’autre et elle peut également donner l’impression d’être sous l’influence de drogues ou d’alcool.

Victime inconsciente :

Une victime inconsciente ne répond pas et ne réagit pas aux paroles ou à la douleur. Voici quelques exemples de questions à poser à une victime afin d’évaluer son niveau de conscience :

  • Que s’est-il passé ?
  • Quel jour sommes-nous ?
  • Quel est votre nom ?
  • Quel âge avez-vous ?
  • Où étiez-vous au moment de l’accident ?
  • Où habitez-vous ?

victime-qui-respire

Si la victime est inconsciente, appelez rapidement les secours et assurez-vous que ses voies respiratoires sont bien dégagées. Penchez la tête de la victime vers l’arrière, une main sur le front et deux doigts en dessous du menton. Pour vérifier la respiration d’une victime inconsciente, approchez votre joue de la bouche de la victime en regardant vers sa poitrine (sentez son souffle, écoutez sa respiration et regardez le mouvement de sa poitrine). Si la victime est inconsciente et qu’elle ne respire pas, commencez tout de suite le massage cardiaque.

L’évanouissement

La cause de l’évanouissement est une diminution soudaine du flux sanguin vers le cerveau qui entraîne une perte de conscience. Il peut être lié à un exercice intense, une chaleur étouffante, un problème médical, etc. Il se caractérise par une perte de conscience d’une durée inférieure à une minute.

Comment réagir ?

  • Si vous sentez qu’une personne va s’évanouir, il faut tenter d’écarter les objets qui peuvent la blesser et la soutenir afin qu’elle ne se blesse pas durant sa chute
  • Appelez les secours
  • Identifiez la cause de l’évanouissement

Comment transporter une victime blessée ?

Transporter une victime consciente

La victime est capable de marcher mais elle est faible ou elle a des douleurs : la béquille humaine. Placez-vous à côté de la victime, regardez dans la même direction qu’elle et soutenez-la en passant son bras derrière votre nuque et en tenant sa main. Passez votre autre bras autour de sa taille et aidez-la à se déplacer.
La victime ne peut se déplacer toute seule mais elle a un bon niveau de conscience : le dos-d’âne Accroupissez-vous, dos à la victime et mettez ses bras autour de vos épaules et ses jambes autour de votre bassin. Soutenez ses jambes avec vos bras (en dessous de ses genoux). Levez-vous et transportez-la.

Attention, ne transportez pas de cette manière :

  • Une victime ayant une fracture
  • Une victime trop lourde pour vous
  • Si vous avez des maux de dos ou si vous êtes enceinte

Si vous êtes deux secouristes : la chaise.  Faites un siège avec vos quatre mains. Asseyez la victime sur vos mains et dites-lui de mettre ses bras autour de vos épaules.

Transporter une victime inconsciente

La victime doit absolument être déplacée à cause d’un danger proche et vous êtes seul(e). Passez vos bras sous les épaules de la victime et agrippez ses poignets. Appuyez son dos et sa tête sur votre poitrine. Tirez la victime de cette manière, doucement, en laissant ses talons glisser sur le sol.

Vous avez de l’aide pour transporter la victime. La première personne soutient la victime de la même manière que lorsqu’elle n’a pas d’aide. La deuxième personne agrippe la victime en dessous des genoux en passant ses bras vers l’extérieur de ses jambes et en restant dos à la victime. Soulevez la victime et déplacez-la.

Que faire en cas d’hémorragie ?

Une hémorragie est une perte de sang importante qui ne s’arrête pas ou qui diminue difficilement.

hemorragie

Les signes de l’hémorragie

  • Perte importante de sang
  • Douleur
  • Angoisse et anxiété
  • État de choc

Quels sont les gestes à avoir ?

  • Appelez les secours
  • Demandez à la victime si elle est hémophile (=maladie caractérisée par l’incapacité du sang à coaguler). Si sa réponse est positive, l’appel des secours est vital
  • Appliquez un bandage stérile sur la blessure
  • Exercez une pression directe sur la blessure
  • Rassurez la victime en état de choc

Précautions à prendre

  • Portez des gants
  • Si vous n’avez pas de gants, demandez à la victime d’exercer elle-même une pression sur la blessure

À noter

Si une hémorragie est veineuse : le sang (rouge foncé) provient des veines et le saignement est plus facile à arrêter.

Si une hémorragie est artérielle : le sang (rouge clair) provient des artères, le saignement est difficile à arrêter et il arrive par giclements.

Crise cardiaque et angine de poitrine

Qu’est-ce-que c’est ?

La crise cardiaque survient lorsqu’un vaisseau de sang ou une artère qui transporte le sang vers le cœur est bloqué par un caillot de sang. L’angine de poitrine se produit si le cœur ne reçoit pas une quantité suffisante de sang et d’oxygène. Elle est causée par une mauvaise circulation du sang vers le cœur.

Symptômes d’un malaise cardiaque

  • Difficulté à respirer
  • Essoufflement
  • Visage rouge et peau moite
  • Transpiration
  • Douleur ou sensation de pression au niveau de la poitrine
  • La douleur peut se faire ressentir dans le cou, la mâchoire, l’épaule ou le bras gauche
  • La victime a souvent une impression d’indigestion
  • Nausées ou vomissements
  • Faiblesse et étourdissement
  • État de choc

Comment réagir ?

  • Appelez les secours
  • Desserrez les vêtements et asseyez la victime dans une position confortable
  • Demandez à la victime si elle a des antécédents médicaux ou s’il y a des problèmes cardiaques dans l’historique médical de sa famille
  • Demandez à la victime si elle a des médicaments (nitroglycérine) contre les problèmes cardiaques. Demandez également à la victime si elle a pris du Viagra dans les 48 dernières heures. Si la réponse est positive, n’aidez pas la victime à prendre ses médicaments qui sont incompatibles avec le Viagra. Si la réponse est négative, aidez la victime à les prendre
  • Si la victime n’a pas de médicaments, demandez-lui si elle a de l’aspirine (acide acétylsalicylique) et conseillez-lui d’en croquer. L’aspirine désépaissit le sang

Étouffement : les gestes qui sauvent

L’étouffement survient lorsque les voies respiratoires sont obstruées. Les principales causes d’obstruction sont :

  • Les aliments
  • Les objets
  • La langue chez les victimes inconscientes
  • Le sang (blessures à la tête)
  • Les vomissements
  • Les allergies
  • Les prothèses dentaires

Il y a deux sortes d’obstructions :

  • Complète : l’air ne peut pas du tout circuler.
  • Partielle : l’air circule, mais en très petite quantité.

La toux est ce qui indique le mieux si l’air circule encore : si la victime peut tousser, c’est que l’obstruction n’est pas complète. Il est important de toujours encourager la victime à tousser afin d’essayer en même temps de faire ressortir la cause de l’obstruction.

Signes de l’étouffement

Si l’obstruction est complète :

  • La victime est dans l’incapacité de parler ou de pleurer
  • Elle ne produit aucun son de respiration
  • Elle a la peau rouge
  • Elle a les lèvres et les gencives bleues
  • Elle a un regard paniqué
  • Elle porte ses mains à sa gorge : c’est le signe universel d’étouffement

Si l’obstruction est partielle :

La victime peut tousser, parler un peu ou pleurer ;
Elle est paniquée et elle porte ses mains à sa gorge ;
Elle a la peau rouge.

Comment réagir ?

 Pour un adulte ou un enfant conscient :

La communication et le calme sont essentiels : il faut se présenter rapidement à la victime, la rassurer et l’encourager à tousser.

Votre intervention est nécessaire seulement si la victime n’est plus en mesure de tousser.

Regardez si la victime a un objet visible dans sa gorge. Si l’objet est visible, retirez-le en formant un crochet avec votre petit doigt et en faisant glisser l’objet.

Entourez la victime de votre bras au niveau de sa poitrine. Faites-la pencher en avant vers le sol. Donnez-lui des tapes rapides dans le dos, vers le haut (vers la nuque) entre les omoplates. Si la méthode ne fonctionne pas, essayez la poussée abdominale

Poussées abdominales :

  • Placez-vous derrière la victime, entourez-la de vos bras et placez une jambe entre ses jambes (de manière à ce que si elle tombe inconsciente, votre genou puisse la retenir afin d’éviter les blessures potentielles provoquées par la chute)
  • Avec vos index, cherchez les os du bassin, de chaque côté du ventre. Rejoignez les pouces ensemble (environ au-dessus du nombril de la victime)
  • À l’endroit de la rencontre de vos pouces, entourez votre pouce droit du reste de vos doigts de la même main (de manière à ce que le pouce presse le ventre de la victime) et placez votre main gauche sur votre main droite ;
  • Les poussées doivent être rapides, fortes et dirigées vers le haut du ventre de la victime. Chaque poussée doit être distincte.
  • Continuez les poussées jusqu’à ce que les voies respiratoires soient dégagées
  • Les poussées abdominales risquent de causer des blessures internes. Si l’objet ressort, ramassez-le avec des gants, mettez-le dans un sac en plastique et conseillez à la victime de se rendre à l’hôpital avec le morceau pour un examen complet

Poussées thoraciques :

Si la victime est enceinte ou obèse, les poussées abdominales sont impossibles. Il faut alors faire des poussées thoraciques.

  • Positionnez-vous de la même manière que pour les poussées abdominales ;
  • Placez vos mains sur le sternum de la victime (au centre de la poitrine). La position de vos mains doit être la même que pour les poussées abdominales ;
  • Donnez des coups secs et puissants vers vous (à l’horizontale et non vers le haut).

Désobstruction des voies respiratoires chez le bébé

  • Regardez dans sa bouche afin de voir si l’objet s’y trouve
  • Placez le bébé sur le ventre, sur votre bras gauche (en soutenant sa tête dans votre main gauche : faites attention de ne pas bloquer sa bouche)
  • Donnez-lui 5 tapes dans le dos (en poussant vers le haut)
  • Tournez-le sur le dos, sur votre bras droit
  • Donnez-lui 5 poussées thoraciques à deux doigts
  • Continuez jusqu’au dégagement de ses voies respiratoires ou jusqu’à ce qu’il tombe inconscient

Désobstruction des voies respiratoires chez l’adulte ou l’enfant inconscient

  • Appelez les secours
  • Donnez 30 compressions au centre de la poitrine
  • Ouvrez la bouche de la victime afin de vérifier la présence d’un corps étranger. Enlevez-le si vous le voyez

Donnez une insufflation :

  • Si l’air passe : donnez-en une deuxième
  • Si l’air ne passe pas : abaissez le menton avant de le remonter pour ouvrir les voies respiratoires. Réessayez
  • Donnez 30 compressions
  • Recommencez les étapes 3 à 5 jusqu’à ce que le morceau sorte, qu’il y ait un changement dans l’état de conscience de la victime ou que les secours arrivent.

Que faire en cas de morsure ?

Les animaux ou les insectes peuvent véhiculer par une morsure, des maladies ou des poisons. Tout traumatisme qui transperce la peau peut être dangereux et peut nécessiter des soins hospitaliers.

mosure

Morsures d’animaux

Signes d’une morsure

  • Douleur à l’endroit de la blessure
  • Saignement
  • Problèmes respiratoires
  • Choc anaphylactique
  • État de choc

Quoi faire ?

  • Regardez si la peau a été perforée par la morsure. Si c’est le cas, appelez les secours ou demandez l’aide d’un médecin le plus rapidement possible
  • Ne nettoyez pas tout de suite le sang : le saignement permet de minimiser le risque de transmission des maladies
  • Lavez la blessure et désinfectez-la
  • Apaisez la victime en cas d’état de choc

Morsures de serpents

Symptômes des morsures de serpents

  • La peau est percée à deux endroits rapprochés (les serpents ont deux grands crochets par lesquelles s’écoule le venin)
  • La victime a une douleur et une sensation de brûlure localisées
  • Enflure de la zone touchée
  • Décoloration de la peau à l’endroit de la morsure
  • Une mousse blanche peut s’écouler de la bouche de la victime
  • Sueurs, faiblesse, nausées
  • Altération du niveau de conscience
  • État de choc

Traitements

  • Appelez les secours
  • Placez la victime en position semi-assise
  • Aidez-la à garder la zone mordue sous le niveau du cœur pour diminuer la propagation du venin et mobilisez son membre
  • Rincez la morsure avec de l’eau et du savon
  • Apaisez la victime en cas d’état de choc

Comment réagir à une électrocution ?

Beaucoup d’incidents d’électrocution surviennent en milieu familier. Il est important de prendre les précautions nécessaires afin de prévenir ces blessures qui peuvent être graves et de connaître les premiers gestes à faire afin d’apporter un secours adéquat à une victime d’électrocution. 

Quels en sont les signes ?

  • Blessure à l’endroit où le courant a pénétré la peau et où le courant est ressorti du corps de la victime
  • Problèmes respiratoires
  • Problèmes cardiaques
  • Brûlures
  • État de choc

Les gestes à faire

  • Appelez les secours
  • Coupez le courant
  • Si vous devez séparer la victime de la source de courant, utilisez un objet qui ne conduit pas l’électricité, tels du bois, du caoutchouc ou du plastique
  • Assurez-vous qu’il n’y ait pas d’eau par terre
  • Évaluez les signes vitaux de la victime.
Il est important de reconnaître où sont les points d’entrée et de sortie du courant car cela permet une évaluation de l’état de la victime. Si le courant est entré dans la main gauche et est ressorti de l’épaule gauche, il y a peu de chance qu’il soit passé par le coeur. Un arrêt cardiaque peut donc être plus facilement écarté.

Par contre, si le courant est entré dans le bras gauche et est ressorti du bras droit, le coeur a plus de chance d’être touché par le courant. Les risques de malaise cardiaque sont alors plus élevés.

Publicité - Les espaces publicitaires permettent de financer le site
Publicité - Les espaces publicitaires permettent de financer le site
ABCD Santé vous a préparé des cookies ! Ils ne se mangent pas mais améliorent votre navigation ! En poursuivant votre visite, vous acceptez leur utilisation.